Présentation du numéro

Auteur : Dery Richard

Date de parution : Hiver 1998

Volume 2 - Numéro 2 - Pages De 0 à 0

Disponibilité : En stock

2,00 $

Description rapide

En septembre 1996 se tenait à l'École des Hautes Études Commerciales de Montréal un pré-congrès parrainé par l'Association Internationale de Management Stratégique (AIMS). Autour du thème « Les fondements de la pensée en stratégie », ce pré-congrès a réuni plusieurs dizaines de chercheurs qui ont débattu des enjeux épistémologiques, méthodologiques, théoriques, pédagogiques et disciplinaires qui animent la structuration du champ de la stratégie. Alors que le dernier numéro spécial regroupait des articles qui portaient sur les deux premières catégories d'enjeux, le présent numéro porte sur les enjeux disciplinaires, théoriques et pédagogiques. Comme tous les champs de recherche constitutifs des sciences de la gestion, celui de la stratégie prend largement appui sur une grande variété de champs disciplinaires. D'une certaine façon, le champ de la stratégie est un lieu de rencontre d'une variété de disciplines, un territoire multi-disciplinaire. Le présent numéro témoigne bien de ce caractère particulier du champ de la stratégie. Ainsi, alors que Francine Séguin montre l'apport de la sociologie à la construction théorique du concept de stratégie, Sabine Urban met en évidence le rôle central de l'économie dans cette même construction et Nicole Giroux et Christiane Demers explorent les liens qui unissent les sciences de la communication à l'univers de la stratégie. Par ailleurs, le champ de la stratégie est aussi un lieu de débats théoriques. Au coeur de ces débats, il y d'abord la définition même de la stratégie. Comme le souligne Jean-Claude Tarondeau, à vouloir tout définir en termes stratégiques, les chercheurs du domaine s'exposent à ce que le concept de stratégie soit vide de sens. Pour éviter un tel cul-de-sac théorique, la reconstruction du concept de stratégie s'impose donc. Puis, le débat théorique s'engage sur le terrain de la dichotomie classique qui oppose la formulation des stratégies à leur mise en oeuvre. Sur ce terrain, Yvon Dufour propose d'aborder les questions de mise en oeuvre par des configurations théoriques. Enfin, toujours au plan des enjeux théoriques, les articles de Pierre-André Julien et Jacques Liouville nous rappellent que les questions de stratégie doivent être incarnées. Alors que, pour le premier, la matérialité stratégique prend forme dans le monde des PME, pour le second, qui témoigne de la contribution de l'École de Munich, elle marque la nécessaire conjonction entre le monde des idées et celui des pratiques concrètes. Le numéro se termine sur les débats pédagogiques qui animent le champ de la stratégie. On l'oublie parfois, mais, comme nous le rappelle Marcel Côté, le champ de la stratégie a d'abord pris son envol dans le territoire de la pédagogie et, encore de nos jours, c'est là son principal lieu d'atterrissage.
2,00 $
OU

Présentation du numéro

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

Résumé

En septembre 1996 se tenait à l'École des Hautes Études Commerciales de Montréal un pré-congrès parrainé par l'Association Internationale de Management Stratégique (AIMS). Autour du thème « Les fondements de la pensée en stratégie », ce pré-congrès a réuni plusieurs dizaines de chercheurs qui ont débattu des enjeux épistémologiques, méthodologiques, théoriques, pédagogiques et disciplinaires qui animent la structuration du champ de la stratégie. Alors que le dernier numéro spécial regroupait des articles qui portaient sur les deux premières catégories d'enjeux, le présent numéro porte sur les enjeux disciplinaires, théoriques et pédagogiques. Comme tous les champs de recherche constitutifs des sciences de la gestion, celui de la stratégie prend largement appui sur une grande variété de champs disciplinaires. D'une certaine façon, le champ de la stratégie est un lieu de rencontre d'une variété de disciplines, un territoire multi-disciplinaire. Le présent numéro témoigne bien de ce caractère particulier du champ de la stratégie. Ainsi, alors que Francine Séguin montre l'apport de la sociologie à la construction théorique du concept de stratégie, Sabine Urban met en évidence le rôle central de l'économie dans cette même construction et Nicole Giroux et Christiane Demers explorent les liens qui unissent les sciences de la communication à l'univers de la stratégie. Par ailleurs, le champ de la stratégie est aussi un lieu de débats théoriques. Au coeur de ces débats, il y d'abord la définition même de la stratégie. Comme le souligne Jean-Claude Tarondeau, à vouloir tout définir en termes stratégiques, les chercheurs du domaine s'exposent à ce que le concept de stratégie soit vide de sens. Pour éviter un tel cul-de-sac théorique, la reconstruction du concept de stratégie s'impose donc. Puis, le débat théorique s'engage sur le terrain de la dichotomie classique qui oppose la formulation des stratégies à leur mise en oeuvre. Sur ce terrain, Yvon Dufour propose d'aborder les questions de mise en oeuvre par des configurations théoriques. Enfin, toujours au plan des enjeux théoriques, les articles de Pierre-André Julien et Jacques Liouville nous rappellent que les questions de stratégie doivent être incarnées. Alors que, pour le premier, la matérialité stratégique prend forme dans le monde des PME, pour le second, qui témoigne de la contribution de l'École de Munich, elle marque la nécessaire conjonction entre le monde des idées et celui des pratiques concrètes. Le numéro se termine sur les débats pédagogiques qui animent le champ de la stratégie. On l'oublie parfois, mais, comme nous le rappelle Marcel Côté, le champ de la stratégie a d'abord pris son envol dans le territoire de la pédagogie et, encore de nos jours, c'est là son principal lieu d'atterrissage.

Informations complémentaires

Auteur(s) Dery Richard
Numéro 2
Pages De 0 à 0
Année de publication 1998
Volume 2
Season Hiver
S'inscrire à l'infolettre
-->